Presse

Challenge – 20/04/18 : Mal de dos au travail : comment l’éviter ?

“Selon des chiffres publiés fin 2016, par la branche Accident de Travail/Maladie Professionnelle de la Sécurité Sociale, plus d’un Français sur deux souffre d’au moins un épisode de lombalgie dans l’année. Un mal qui conduit une fois sur cinq à un arrêt maladie – parfois même d’une durée supérieure à six mois (30 % des cas).  Et qui coûte un bon milliard d’euros par an aux entreprises! ”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Les Echos – 27/06/17 : Comment lutter contre la sédentarité au travail ?

“Seuls 8 % des Français disent pratiquer régulièrement une activité physique (contre 14 % en Allemagne et 16 % en Grande-Bretagne). Il y a là un facteur de risque. La sédentarité aurait un impact direct sur de nombreuses pathologies tels l’obésité, le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, les troubles musculosquelettiques (TMS) et même certains cancers. « La sédentarité constitue la première cause de mortalité évitable dans les pays de l’OCDE », prévient l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). A l’heure où les collaborateurs passent 75 % de leur journée de travail assis à leur bureau, l’employeur a un rôle évident à jouer.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Le Figaro – 07/06/17 : Eviter les douleurs liées aux postures de travail

“Des tensions dans les poignets, des douleurs dans le bas du dos, la nuque et le cou raides ou engourdis, mais aussi des migraines, du stress et, naturellement, de la fatigue. Ces symptômes sont le lot commun de bien des travailleurs: un tiers d’entre eux, dans notre pays, déclare souffrir de maux de dos. Plus largement, les troubles musculosquelettiques concernent environ 15 % des salariés.”

“«La pénibilité croît avec l’immobilité», expliquent les experts de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) dans une fiche de prévention des risques liés aux positions de travail statiques.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Le Figaro – 15/11/16 : Le mal de dos coûte près d’un milliard d’euros aux entreprises

“Le mal de dos concerne tous les travailleurs français: plus de la moitié d’entre eux souffrent au moins une fois par an d’un épisode de mal de dos. Et une fois sur cinq, cette douleur engendre un arrêt de travail. La lombalgie est d’ailleurs le deuxième motif de recours au médecin traitant. Pour les entreprises, le coût est astronomique: quasiment un milliard d’euros par an! C’est quasiment autant que la facture de tous les troubles musculo-squelettiques (TMS) réunis.”

“Dans l’ensemble, les lombalgies comptent pour 15% des «accidents de trajet» et 7 % des maladies professionnelles. Elles sont par ailleurs à l’origine de 30% des arrêts de travail de plus de six mois.”

“Au programme, le travail «en alternance» assis et debout quand c’est possible, changer fréquemment de position, avoir la bougeotte dans l’open space…”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Sciences & Avenir – 18/09/16 : Contre la sédentarité, tous debout!

15486520

“Si vous lisez ces lignes confortablement installé dans votre canapé, un conseil avant de poursuivre : levez-vous ! Et, dans tous les cas, ne restez pas assis plus de deux heures. Outre-Manche, c’est depuis un an la recommandation du National Health Service, le système de santé publique du Royaume-Uni, et ce quel que soit l’âge. Tous les pays développés semblent d’ailleurs connaître le même sursaut.”

“…on connaît désormais parfaitement les méfaits sanitaires de la sédentarité, classée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) première cause de mortalité évitable.” “La tâche est complexe. 42 % des Français ne pratiquent en effet aucune activité sportive et seul un Français sur cinq effectue 10 000 pas quotidiens. Le temps moyen passé assis est de 12 heures lors d’une journée de travail, et 9 heures lors d’un jour de congé.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Les Echos, 28/05/2016 : “Et si vous travailliez debout pour être plus productif ?

“Une étude réalisée dans des centres d’appels démontre que la productivité des salariés travaillant debout est supérieure de 46% à celle de leurs collègues adeptes de la chaise.”

“L’assurance-maladie estime que plus de 40.000 nouveaux salariés français par an sont pris en charge pour des troubles musculo-squelettiques (TMS). Coût estimé en 2014 : 1 milliard d’euros.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Monbureaudesign.com, 01/2016 : “Les bureaux réglables – bureaux assis debout :Combattre le mal de dos et améliorer le bien-être au travail”

“Les pays nordiques nous ont largement précédés dans le domaine des bureaux réglables, conscients que le confort des équipes au travail est un facteur important de performance et de créativité. Les maux de dos étant même une des premières causes d’absentéisme, on comprend qu’il s’agit d’un problème d’intérêt général à prendre très au sérieux.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf – Lien vers MonBureauDesign


RMC, 20/01/16 : Bureau assis-debout au travail: “J’ai vraiment vu un avant-après”

“Selon des chiffres parus dans la revue scientifique américaine The Archives of Internal Medecin, les chances de décès prématurés sont augmentées de 15% en restantlaposte assis huit heures par jour au bureau. Après plus de dix ans à être assis plus de six heures par jour, on réduirait notre espérance de vie de sept ans. Et faire de l’exercice ne compensera jamais les heures passées en position assise. ”

“La Poste a commandé 45.000 bureaux de ce genre ces cinq dernières années, et Allianz, 12.500, pour la seule année dernière.”

“Pierre-Antoine Dusoulier, le président de Saxo Bank, y trouve aussi son compte: “Lorsque quelqu’un est debout, on est persuadé qu’il n’est pas en train de dormir, entre guillemets, ou de somnoler. Donc rien que pour ça, je pense que oui, les rendements sont peut-être meilleurs. La productivité est meilleure lorsque l’on a des bureaux qui peuvent se lever”.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


L’Express, 19/01/16 : Les Français commencent à adopter le “bureau assis-debout”

“Finis les maux de dos, les tensions musculaires, la fatigue chronique et même l’embonpoint : longtemps après les pays nordiques, la France commence à adopter le bureau « assis-debout » qui gommerait radicalement les ravages d’une sédentarité accrue au travail.

«  Je ne pourrais plus retravailler assise. Je n’ai plus besoin de kiné alors qu’avant, j’avais tout le temps mal au dos  », témoigne Delphine d’Evry, 38 ans, qui s’est lancée à Leers (Nord) dans la vente de ce type de bureau et équipe «  principalement start-up et PME  ».

“La Saxo banque, filiale danoise d’un établissement bancaire, a donné le « la » rue de la Paix à Paris. «  On évite fatigue et maux de dos, on est plus alerte, et on reste concentré plus longtemps  », explique Andrea Tueni, 27 ans, responsable d’une équipe de self-trading.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Les Echos, 06/11/15 : Nuisances au travail : la situation se dégradeXE_grau 6er GRWE Phasen_Web72dpi_sRGB

“Année après année, l’aménagement

des bureaux reste cité comme un facteur de bien-être, d’efficacité et de motivation, voire de santé physique : 9 actifs sur 10 considèrent que leur espace de travail a un impact sur leur état général (…).”

“De façon surprenante, l’Observatoire de la qualité de vie au bureau souligne la nouvelle notoriété des bureaux assis- debout. Si l’on en croit le baromètre _émis par des professionnels de l’aménagement et du mobilier de bureau, ces nouvelles organisations jouissent d’une image favorable en dépit d’un usage modeste (15 %). 69 % des actifs jugent même que ce type de bureau a un effet booster sur leur productivité….”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Métronews, 26/10/15 : L’étude santé du jour : au bureau, ne restez pas assis (ou debout) trop longtemps

“Le Professeur Hedge explique que “rester debout une minute brûle une demi à une calorie de plus que de rester assis. En quatre heures, cela représente 240 calories supplémentaires brûlées”. En outre, le fait de rester en position assise de manière prolongée pour avoir des conséquences sur la circulation sanguine. “Après six heures de séance, la fonction vasculaire dans l’une des principales artères de la jambe a été réduite de plus de 50%, mais est restaurée après dix minutes de marche”, précise au WSF Jaume Padilla, professeur adjoint au département de nutrition à l’université du Missouri à Columbia.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Buzzarena, 01/10/15 : Au bureau, il ne faut pas rester assis trop longtemps. Découvrez pourquoi ?

nasa“Selon une étude réalisée par la NASA, il suffirait de 15 périodes de 2 minutes debout durant chaque journée pour rester en forme tant au niveau osseux que musculaire. Au delà de deux heures debout chaque jour la réduction des maladies chroniques est importante.”

“L’OMS de son côté insiste sur l’importance de 30 minutes de marche quotidienne et de cessions ne dépassant pas 2 à 3 heures consécutives sur une chaise.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Huffington Post, 02/06/15 : Al lavoro dovremmo stare in piedi dalle 2 alle 4 ore al giorno. I consigli di “Active Working” per salvarci la vita – (“Au bureau nous devrions rester debout entre 2 à 4 heures par jour. Les conseils d’Active Working pour nous sauver la vie”)

“La sédentarité est mauvaise pour la santé, nous le savons depuis des décennies. appletimcookCe n’est que récemment que Tim Cook, directeur général d’Apple, a exprimé la voix de milliers d’employés, effrayés par les recherches qui ont démontré que rester inertes devant un ordinateur au bureau est plus dangereux que l’obésité et fait plus de morts que le SIDA : “Rester assis au bureau est notre nouveau cancer”.”

“Le métabolisme ralentit de 90% après 30 minutes de position assise. Les enzymes qui déplacent le mauvais cholestérol des artères vers les muscles, où il peut être brûlé, ralentissent également. Les muscles de la partie inférieure du corps s’endorment. Et au bout de deux heures, le bon cholestérol descend de 20%. Il suffit de se lever cinq minutes pour que les niveaux reviennent à la normale.”.

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Le Parisien, 17/02/15 : Tendance : on se lève tous pour… bosser

“Il ne s’agit pas de coquetterie, mais bel et bien de santé publique. « Travailler assis devant son bureau, c’est comme voyager dans un vol long courrier : il faut bouger les jambes, au moins toutes les heures », diagnostique François Carré, cardiologue et fondateur de l’Observatoire de la sédentarité. Les dangers sont variés.”

“« Le sang est au repos trop longtemps, d’où des problèmes vasculaires, avec des risques graves tels que la phlébite ou l’embolie pulmonaire. Rester assis provoque aussi une hausse du taux de graisse dans le sang et un “stress oxydatif” (la dénaturation, par l’oxygène, des cellules, NDLR) qui fait le lit des cancers, des maladies chroniques et du diabète », poursuit le médecin.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


The New Zealand Herald, 22/10/2014 : Robyn Pearce: Standing desks – A great business & health investment (“Les bureaux assis-debout – un bon investissement pour le business et la santé”)

“1. Moins d’arrêts maladie : Un rapport de la Vic Health de 2012 estime qu’entre 15 et 22% de tous les arrêts maladie en Australie peuvent être attribués à des problèmes liés à une position assise prolongée.
2. Productivité améliorée : Une pépinière d’entreprise en Lettonie a utilisé une application pour mesurer la productivité en testant les bureaux assis-debout. Ils ont démontré que la productivité augmentait d’environ 10%.
3. Santé améliorée : Une étude de la BBC de 2013 a démontré que les gens pouvaient perdre jusqu’à 4kg de graisse par an par le simple fait de se lever plus souvent de leur chaise et d’utiliser leurs pieds.
4. Espérance de vie allongée : La posture assise prolongée peut induire des troubles cardiaques, du diabète et le cancer. Le British Medical a aussi démontré qu’en divisant par deux le nombre d’heures que nous passons assis, nous pouvions augmenter notre espérance de vie de 2 ans.
5. Selon un rapport du Medical Journal of Australia, des employeurs se sont vu notifié qu’ils pourraient contrevenir à des lois sur la sécurité en demandant à leur personnel de rester assis un nombre d’heures excessif par jour. Dans des pays comme le Danemark, selon la loi, les employeurs sont obligés de proposer des bureaux à hauteur réglable à leurs employés.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Sciences et Avenir, 30/05/2014 : Debout ! Rester assis au bureau nuit gravement à la santé
Work_man-sitting

“Travailler debout ? La mode revient aux États-Unis où de plus en plus d’experts s’alarment : rester assis au bureau toute la journée augmenterait de 15% le risque de décès prématuré.”

“Selon une étude publiée dans The Archives of Internal Medecine, il y a une augmentation de 15% de risque de décès prématuré pour la moyenne des sédentaires (huit heures par jour) et de 40% pour les plus statiques (11 heures) par rapport à ceux assis moins de quatre heures. L’Association médicale américaine (AMA) a même adopté l’an dernier une recommandation appelant “employeurs et employés à trouver des alternatives à la position assise, comme les bureaux en hauteur et les sièges ballons”.

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Psychomedia, 15/01/2014 : Plus de temps debout, et non seulement l’exercice, améliore la santé, confirme une nouvelle étude

“Se tenir debout au cours de la journée, plutôt que de s’asseoir pendant des heures sans interruption, peut améliorer la santé et la qualité de vie tout en réduisant le risque de maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires et cardiaques, le diabète ainsi que les cancers du sein et du côlon, entre autres, suggère une étude publiée dans la revue BMC Public Health.”

“Sara Rosenkranz et Richard Rosenkranz de l’Université d’État du Kansas ont, avec leurs collègues, analysé des données concernant 194,545 hommes et femmes âgés entre 45 et 106 ans qui participaient à une grande étude australienne.”

“Pour aider les employés de bureau et les employés qui sont souvent assis pendant de longues périodes, les chercheurs suggèrent l’installation de bureaux qui permettent de travailler assis ou debout (par une hauteur ajustable) et d’ajouter l’activité physique dans la journée.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Harvard Business Review, 14/01/2013 : Sitting Is the Smoking of Our Generation

“Quand nous travaillons, nous nous asseyons plus qu’autre chose. Nous nous asseyons en moyenne 9,3 heures par jours, en comparaison avec 7,7 heures de sommeil.”

“Après une heure assis, la production des enzymes qui brûlent la graisse baisse de 90%. La position assise prolongée ralentit le métabolisme du corps affectant des choses telles que les niveaux d’HDL (bon cholestérol). La recherche démontre que le manque d’activité physique a un impact direct estimé à 6% pour les maladies cardiaques, 7% pour les diabètes de type 2, et 10% pour le cancer du sein, ou le cancer du colon. Vous savez peut-être déjà que le taux de décès associé à l’obésité aux Etats-Unis est maintenant de 35 millions. Mais connaissez-vous les taux associés au tabac? Seulement 3,5 millions. Le New York Times rapporte dans une autre étude effectuée sur 9,000 Australiens, publiée l’an dernier dans le journal Circulation, le risque de décès prématuré augmente de 11% pour chaque heure supplémentaire par jour passée assis à regarder la télévision. Dans cet article, un docteur explique qu’un excès de position assise, qu’il définit par 9 heures par jour, est une activité mortifère.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


The Wall Street Journal, 01/09/2011 : Standing Desks Are on the Riseimages (1)

“Le nouveau symbole de statut social dans la Silicon Valley est un humble mobilier de bureau.” “De plus en plus d’employés de Google Inc. Facebook Inc. et autres entreprises changent leurs bureaux pour des bureaux à hauteur réglable, disant qu’ils se sentent plus confortables et plus énergiques. Ils sont aussi motivés par des études médicales démontrant que la position assise prolongée augmentent les risques pour la santé.”

Lien web  – Télécharger l’article en .pdf


Décision Achats – 01/02/07 : La mode des bureaux assis-debout

“La position assise et le travail sur ordinateur sont ainsi à l’origine de certains troubles, et notamment «le syndrome du canal carpien» qui comprime le nerf commandant les trois premiers doigts de la main. En France, les TMS représentent, selon la Cnam, près de 67 % des maladies professionnelles, ce qui représente plus de 20 000 cas par an. Le coût pour les entreprises et les collectivités est élevé: par exemple, la Caisse régionale d’assurance-maladie Pays de la Loire a estimé à 5 000 euros et plusieurs dizaines de jours d’arrêt le coût moyen résultant d’une douleur au poignet. Pour les fabricants de mobilier, la possibilité de travailler debout et non plus uniquement assis serait donc la solution pour limiter les risques de TMS.”

“Le CTBA a mené une étude sur I’utilisation des bureaux assis- debout dans l’univers du travail. Celle-ci a montré que les utilisateurs se servaient du réglage en fonction de leur morphologie «mais également spontanément pour varier leur posture, se félicite Julien Barthelat. Le plan de travail est majoritairement utilisé en position assise, mais également debout durant 14 % du temps de son activité professionnelle.» Pour le CTBA, il est surtout nécessaire d’adapter sa posture aux différentes tâches que l’on est amené à effectuer. «Dans cette perspective, il est important de disposer de réglages sur le mobilier utilisé, reprend Julien Barthelat. Si de nombreuses possibilités sont disponibles sur les sièges de bureau, on en trouve encore trop peu sur les plans de travail.» Selon l’organisme technique, la plage de réglage utile doit être comprise entre 70 et 105 centimètres pour couvrir tous les besoins des utilisateurs. Les fabricants de ce type de mobilier vantent ainsi les mérites des bureaux réglables en hauteur qui peuvent s’adapter aux morphologies de tous les collaborateurs de l’entreprise, sans qu’il soit besoin de changer de mobilier.”

Lien web  –